Journée Scientifique ARCo

Couplage et Artefacts Numériques

 

Thématique de la journée

Julien Laflaquière | UTT Tech-cico (ICD) - Lyon 1, LIRIS

Yannick Prié | Lyon 1, LIRIS

Olivier Gapenne | UTC, Costech - CRED

Carole Knibbe | Lyon 1, LIRIS


Contact | Julien Laflaquière

Université de Technologie de Troyes
Tech-cico (ICD FRE2848 CNRS)
12 rue Marie Curie BP2060, 10010 Troyes cedex

+33 3 25 71 80 73

julien.laflaquiere@utt.fr

Organisation

Le concept de couplage renvoie à l'idée de processus mettant en jeu deux entités dont les relations et les identités respectives se co-déterminent. Cette figure fonctionnelle n'est évidemment pas nouvelle dans le champ scientifique. Cependant, notamment à travers des approches comme celle de l'Enaction (où il se réfère lui-même au principe d'autopoïèse), la co-détermination s'est mue en co-constitution. L'approfondissement, et en même temps l'évolution, de ce concept a pénétré et ouvert des pistes de recherche dans plusieurs domaines, de la biologie à la philosophie de la technique en passant, bien entendu, par les sciences cognitives et leurs technologies. Fondamentalement, il permet de formuler ou reformuler des problèmes pour lesquels des approches « classiques » sont inopérantes, notamment parce qu'il remet en question des notions aussi fondamentales que celles des régimes de causalité.

La question du couplage via/avec des objets techniques, d'outils, en tant qu'ils élargissent le champ d'action de celui qui les « saisit », étendent le « corps propre », modifient le « domaine de cognition », semble avoir été investie profondément. Sans pour autant affirmer que des réponses totalement satisfaisantes aient été trouvées, les contours d'un champ de recherche sont aujourd'hui dessinés. En revanche, la question du couplage via/avec des artefacts numériques semble présenter un obstacle conceptuel plus résistant. Il serait périlleux d'assimiler sans nuance un artefact numérique à un outil ou un objet ordinaires, les artefacts numériques semblant offrir des modalités de couplage qui restent en partie à explorer.

C'est autour du sujet central « Couplage et Artefacts Numériques » que la journée scientifique que nous proposons doit ouvrir un espace de réflexion :

En quoi les artefacts numériques sont-ils, ou ne sont-ils pas, des artefacts comme les autres ? Quelles particularités peut-on leur attribuer ?

Quelles sont les possibilités nouvelles de couplage, présentes et futures, qu'ils offrent sous des formes de plus en plus variées (informatique embarquée, mobile, ubiquitaire, etc.) ?

Dans quelle mesure ces nouveaux modes de couplage transforment-ils le pouvoir d'agir et de penser des êtres humains, et influencent-ils la possibilité que ces derniers ont de déterminer leur monde et, ce faisant, de se déterminer eux-mêmes ?

Faut-il se pencher sur la conception de nouveaux régimes de causalité habilités par la Cybernétique, cette dernière marquant effectivement l'avènement d'un nouveau mode de contrôle que l'on peut dire auto-organisé ?

Ou bien faut-il plutot considérer la nature mathématique des opérations automatisées et mécanisées, ou plus directement encore les possibilités d'action/réflexion ouvertes par le fait de cette automatisation du calcul ?

Cette journée scientifique n'aura pas pour ambition de trouver des réponses définitives aux nombreuses questions que nous venons d'évoquer, mais aura comme objectif de fournir un cadre de réflexion, un espace de travail et de débat indispensable à l'établissement de futurs travaux de recherche en ce domaine. Quatre intervenants participeront à cette journée : Bruno Bachimont, Philippe Gaussier, John Stewart et Yves Marie Visetti (voir le programme pour plus d'informations).

Mardi 24 juin 2008

Maison de la Recherche
28 rue Serpente 75006 Paris

Salle de Conférence (au fond du hall)


Inscription gratuite mais nécessaire

à julien.laflaquiere@utt.fr